SERONS-NOUS TOUJOURS HUMAINS ?

Dans ma nouvelle émission sur La radio des Visionnaires, je vous invite à prendre de la hauteur pour voyager dans l’espace et dans le temps à la conquête de notre Humanité ! Belle exploration !

Dans cet article, vous trouverez la retranscription de l’émission de radio du 8 juin 2018, ainsi que l’accès direct au podcast.

 

Pour ces premières émissions fondatrices, j’ai décidé de vous parler de vous. Oui de vous ! Vous, qui faites marcher vos oreilles en ce moment ! Vous, la Terrienne, le terrien, vous l’être humain ! Quoique… vous allez peut-être vous voir autrement d’ici là fin de l’émission…

Pourquoi commencer par Vous ?

Eh bien d’abord parce que vous êtes la composante principale de cette Odyssée de l’humanité du futur sur laquelle je vous ai embarqués.Et puis surtout, j’ai acquis la conviction qu’il n’existe aucun futur possible humainement viable, si l’on n’a pas conscience des potentialités d’avenirs et de ce qui est en train de se jouer aujourd’hui (et même hier) pour demain.

Partons du postulat suivant : L’AVENIR NE SE SUBIT PAS, IL SE CRÉE !
L’avenir est en réalité le plus grand domaine de liberté que nous ayons.

L’avenir ne se subit pas, parce qu’il n’est pas prédéterminé.
Je ne suis ni voyante ni prophète, et comme vous, je suis un être humain en quête de savoir et de connaissances pour s’améliorer, améliorer sa vie, lesquelles connaissances évoluent à chaque seconde dans le monde entier.

L’avenir ne se subit pas, parce qu’il ne ressemble pas à une ligne droite entre 1 point A et un point B, mais plutôt à un faisceau de plusieurs de futurs possibles au sein desquels, notre action ou inaction est déterminante ?

Enfin, l’avenir ne se subit pas, parce que quelque que soit le futur qui se trame, il n’émerge jamais du néant.
Il est souvent issu de la radioscopie du monde et de ses évolutions, des liens et interactions entre ces évolutions.Bref, il est souvent issus d’avancées ou d’évènements prévisibles, fortement ou peu probables, voire souvent improbables et mêmes impensables, et dont la donne change au fur et à mesure de notre propre niveau de compréhension et d’engagement.

Tout comme le passé change et est réécrit, ajusté, chaque fois qu’une nouvelle découverte historique a lieu, le futur se façonne en fonction de notre niveau de conscience et d’action, qui lui-même est fonctionne de nos connaissances et expériences acquises.

Le monde entier est donc mouvement. Et ce mouvement est de plus en plus rapide. Si rapide, que l’être humain semble parfois être le maillon faible de la chaine du temps, tellement nous courons après lui.
Le monde est mouvement, parce que lorsqu’un futur possible meurt, une multitude d’autres futurs probables, souhaitables ou non, pointent leur nez.
Et la pire des choses qu’il pourrait advenir à un être humain, c’est de rester figé par sa propre inertie, sa résistance au changement, ses idées reçues, en somme, se croire permanent dans un monde impermanent et resté cloitré dans un présent illusoire ou un futur mort-né.

Le monde est si large et si complexe, que sa compréhension semble parfois abyssale ! Aussi, lorsqu’on parle de l’avenir, cela peut pour certains d’entre vous être synonyme d’angoisse, particulièrement si vous êtes d’une nature à vouloir tout maîtriser.
Mais on ne maîtrise pas le futur ; en revanche, on le prépare. Et je dirais même plus : on le provoque !
L’avenir se provoque ! C’est pourquoi quoique vous imaginiez aujourd’hui, sachez qu’il ne sert à rien de vous inquiéter, parce que dans ce cas de figure où l’avenir se provoque, l’incertitude devient une chance ! C’est même une sacrée alliée !

Dans cette odyssée du futur, vous avez trois solutions :
– subir l’orage et vous laisser emporter par lui,
– attendre l’orage en vous y préparant, tout en espérant qu’il ne vous détruise pas
– ou encore provoquer le beau temps !

Là où les jeux ne sont pas faits, vous pouvez agir et les marges de manœuvres sont bien plus grandes qu’il n’y paraît… Mais… parce qu’il y a un « mais » : « il n’est pas de vent favorable pour celui qui ne sait pas où il va » disait Sénèque. Mais pour savoir où l’on va, encore faut-il se rappeler d’où on vient et qui nous sommes.

Pour illustrer notre origine, j’ai choisi de vous lire un court passage provenant de « l’encyclopédie du savoir relatif et absolu » de Bernard Werber, qui s’intitule « la recette du corps humain ».
Écoutez ce qu’il nous révèle…

« Vous n’êtes pas simplement un nom et un prénom, dotés d’une histoire sociale. Voici votre véritable composition.

Vous êtes 71% d’eau claire, 18% de carbone, 4% d’azote, 2% de calcium, 2% de phosphore, 1% de potassium, 0.5%de soufre, 0.5% de sodium, 0.4% de chlore. Plus une bonne cuillerée à soupe d’oligo-éléments divers: magnésium, zinc, manganèse, cuivre, iode, nickel, brome, fluor, silicium. Plus encore une petite pincée de cobalt, aluminium, molybdène, vanadium, plomb, étain, titane, bore.

Voilà la recette de votre existence.

Tous ces matériaux proviennent de la combustion des étoiles et on peut les trouver ailleurs que dans votre propre corps. Votre eau est similaire à celle du plus anodin des océans. Votre phosphore vous rend solidaire des allumettes. Votre chlore est identique à celui qui sert à désinfecter les piscines.

Mais vous n’êtes pas que cela.

Vous êtes une cathédrale chimique, un faramineux jeu de construction avec ses dosages, ses équilibres, ses mécanismes d’une complexité à peine concevable. Car vos molécules sont elles-mêmes constituées d’atomes, de particules, de quarks, de vide, le tout lié par des forces électromagnétiques, gravitationnelles, électroniques, d’une subtilité qui vous dépasse.

Rien de ce qui vous entoure dans le temps et dans l’espace n’est inutile. Vous n’êtes pas inutile. Votre vie éphémère a un sens. Elle ne vous conduit pas à une impasse. Tout a un sens.

Agissez.

Faites quelque chose, de minuscule peut-être, mais bon sang, faites quelque chose de votre vie avant de mourir. Vous n’êtes pas né pour rien. Découvrez ce pour quoi vous êtes né. Quelle est votre infime mission?

Vous n’êtes pas né par hasard. »

J’adore cette recette du corps humain ! De l’infiniment petit à l’infiniment grand, et inversement, vous êtes, nous sommes la Nature. Tous nos composants en sont issus, créant ainsi la vie selon une équation subtile qui nous dépasse. Nous sommes une recette dont tous les ingrédients proviennent de l’Univers tout entier. Oui, de l’univers, et pas seulement de la planète Terre, car au regard de cette composition humaine ainsi énoncée par Bernard Werber, nous sommes semblables à de la poussière d’étoiles.
Les mêmes composants, suivant leur ordonnancement, pourraient faire un diamant… ou un charbon de bois !

Cette puissance de la vie, du vivant à son état pur, m’a conduite à vous partager une œuvre que j’ai réalisée et qui a inspiré cette émission. Le titre de ce tableau est « Unis vers elle », et, lorsque l’on accole les lettres, cela crée le mot « universelle ». Elle représente le visage d’une femme qui regarde la naissance d’un pulsar. Vous le savez, chacune de mes œuvres est accompagnée d’une histoire…

Alors voici ce que je me suis racontée en créant celle-ci :

universelle, étoile, pulsar, art, almakan« Tout est là.
J’ouvre grand les yeux …

La souffrance du monde me frappe comme une bombe à fragmentation.
Les terriens sombrent dans la folie et nos grands dirigeants nous mènent à la tombe.
Le 20ème siècle aura fabriqué des enténébrés « raisonnés » et mis en sommeil les sensibles « éclairés »…
Pourtant nos sens ne nous trompent pas et notre puissance est sans limite…
Ce ne sont pas nos sens qui nous conduisent vers l’erreur, mais les jugements qui accompagnent nos sensations et que nous confondons trop souvent avec elles…
Quelle Intelligence souhaitons-nous mettre à l’œuvre ?
Je sens mon cœur pulser…
Nos cœurs sont identiques à des pulsars, issus des étoiles.
Mais toutes les supernovas ne donnent pas naissance à des pulsars.
Certaines laissent derrière elles un trou noir… »

Cette œuvre et son texte font écho à ce que nous sommes, à notre potentiel illimité, à la fois rationnel et irrationnel, à ce que nous en avons fait et pourrions en faire.

Lorsqu’une étoile massive arrive à la fin de sa vie, elle explose sous la forme d’une supernova. Alors que l’enveloppe externe de l’étoile se volatilise, son cœur s’effondre sous l’effet de la gravitation et donne naissance à une étoile à neutrons. Cette étoile à neutrons tourne très rapidement sur elle-même (plusieurs fois par seconde) et projette un faisceau de radiations très intenses dans l’espace autour d’elle, un peu comme la lumière d’un phare en bord de mer. Si la Terre se trouve dans l’axe du faisceau, on a l’impression de voir pulser l’étoile, d’où le nom de pulsar.

Nous sommes donc des supernovas ayant la capacité de générer des trous noirs ou bien de créer des pulsars, ces étoiles émettant de la lumière tels des phares dans la nuit.

Saurons-nous être ces phares ?

Je vous ai fait prendre de la hauteur, de la même manière que vous en prendriez si vous montiez au sommet d’une montagne. Pour ma part, je préfère prendre de la hauteur que du recul, car je n’aime pas bien les marches arrière. 😉 Prendre de la hauteur est souvent le seul moyen que nous ayons pour voir large et loin, pour comprendre un ensemble complexe.

Maintenant que vous êtes au sommet, regardez au loin…

Êtes-vous seulement humain ou bien êtes-vous plus que cela ?
Ou encore… vous sentez vous au-dessus de cela ?

Demain, vous allez vivre une multitude d’évolutions qui vous questionneront encore et encore sur notre humanité, venant bouleverser la composition même de votre corps humain, modifiant peu à peu les mécanismes, les dosages et équilibres de votre construction initiale.

Demain, lorsque les robots envahiront notre environnement et que l’on vous proposera par ex., d’interconnecter vos données cellulaires (autrement dit : votre Smartphone) directement à votre cerveau via des lentilles ou des implants pour vous permettre l’accès à vos contacts, à votre agenda, à une multitude de connaissances ou de lieux en instantané… Avez-vous imaginez l’humain qui vous pourriez devenir ? Ce que ça pourrait changer dans votre nature originelle ? Ou ne serait-ce que dans votre cerveau, dont on découvre à peine les potentialités ?

Demain, lorsqu’on vous proposera de vivre 150 ans au lieu de 90, par la l’intégration dans votre corps de nanotechnologies ou d’organes biocompatibles plus performants… Quel type d’humain deviendrez-vous ?

Quand on vous proposera d’éradiquer par la technologie, les maladies ou la souffrance, alors que c’est souvent elle qui nous construit… Quel type d’humain deviendrez-vous ?

Quand la Superintelligence (appelée actuellement Intelligence Artificielle dans son état primaire) lira dans votre cerveau et anticipera vos moindres émotions, désirs ou pensées ? Quel type d’humain deviendrez-vous ?

Je reviendrais sur ces thème un à un, et bien d’autres encore au cours de mes prochaines émissions, mais il est d’ores et déjà clair que ces évolutions –déjà à l’œuvre- poseront non seulement des problèmes éthiques, comme par exemple, lire dans les pensées d’autrui ou contrôler son environnement par la pensée, mais cela posera aussi la question de l’intégrité physique en tant qu’être humain.

La subtilité de notre composition, de notre cathédrale chimique, est loin d’avoir livré tous ses secrets et pourtant déjà, alors nous n’avons pas exploré toutes les potentialités de celui-ci, nous cherchons à l’altérer, à le corriger sous prétexte de « progrès » qui n’en sont peut-être pas, car encore une fois, les conséquences ou interactions d’une nouvelle technologie sont rarement mises en avant lors de leur commercialisation.

Tôt ou tard (et même plus tôt que vous ne l’imaginez) nous aurons à nous demander à quel moment nous décidons de rester humain ou de devenir transhumain ?

Et au bout du transhumanisme, what else ?

Avez-vous déjà bidouillé une étoile sous prétexte qu’il faille augmenter sa longévité ou son scintillement ? Je doute que nous puissions répondre à cette question…

Réfléchissons avec conscience.
Déciderons-nous de nous dissocier de façon irréversible de la Nature, de notre nature, avant même d’avoir compris son fonctionnement ? Quelle que soit cette décision, quelles en seront les conséquences ?
Si nous sommes vraiment humain, au sens chimique du terme, le resterons-nous ?
Être humain nous engage-t-il à faire preuve d’humanité, d’humanisme, de sagesse envers notre prochain et envers notre devenir ?

Les vertus qui rendent l’homme « humain », adviennent au terme d’une éducation et d’un développement personnel réussi. L’Homme possède en lui ce qui peut le rendre humain, mais cette potentialité n’est pas suffisante et il semble opportun d’avoir un projet éthique, défendu individuellement et collectivement de manière pratique, pour quelle se réalise.

Je ne sais pas vous, mais moi je ne souhaite pas que nos technologies nous dépassent avant même que nous ayons eu le courage de décider du monde que nous voulons.
Notre sens de l’humain et de l’humanisme, sont des acquis civilisationnels à reconquérir à chaque génération, faute de quoi, la barbarie réapparaît avec son cortège d’obscurantisme et de violences.

Michio Kaku, ingénieur et auteur du livre « une brève histoire du futur », pense que face à la rapidité sans précédent de ces changements, deux tendances s’affronteront :
– celle qui consiste à construire une civilisation planétaire tolérante, scientifique et prospère (par tolérante, il entend surtout libérale),
– et celle qui glorifie l’anarchie et l’ignorance.

Autant vous dire que je ne me reconnais ni dans l’une, ni dans l’autre ! Quand on touche à la complexité du monde, cette opposition du genre « le bien contre le mal » semble réductrice et dépassée au point que cela m’effraie même parfois de me dire que ce format de pensée binaire dirige encore la science d’aujourd’hui !
Tout ce qui réduit, oppose et tout ce qui oppose est réducteur.
D’autant qu’à l’instar de notre nature humaine pulsatile et de l’univers, tout est en expansion ! Qui plus est, tout est lié, nous formons Un seul sur ce caillou de terre, quand bien même nous en terraformerions d’autres !

Alors…

– Dans cet océan d’évolutions technologiques sans précédent qui peu à peu transformeront notre cathédrale humaine en…. quelque chose d’autre…

– Dans ce faisceau de futurs possibles multiples, que certains esprits étriqués réduisent à deux voies pour vous forcer à choisir un camp au détriment d’un autre…

À nous d’inventer d’autres voies du futur.

À nous d’humaniser notre humanité jusqu’à son plus haut potentiel !

Prenons de la hauteur pour mieux appréhender ce qui ce joue et pour ajuster nos décisions dès maintenant.

Nos pensées et nos actes sont ce que nous deviendrons individuellement et collectivement.

Rappelons-nous que le futur ne se subit pas mais qu’il se crée, il se provoque.

Rappelons-nous qui nous sommes.

Rappelons-nous de quoi nous sommes faits…

Et brillons par notre humanité !

Si vous aimez cette émission, abonnez-vous, et surtout partagez-la et multiplions les phares dans la nuit !

À très bientôt sur la Radio des Visionnaires…

Almakan
Artiste-auteure en avenirs possibles
et exploratrice d’émotions

> Cette émission pourrait aussi vous intéresser : Qu’est-ce que la radio des Visionnaires ?

Pin It on Pinterest

Share This